Il m'aura fallu tout le week-end pour me forger une opinion. Et c'est finalement un tout petit détail qui fera basculer la balance. Petit détail que je vous dévoilerai en toute fin de billet.

Et c'est pas la peine d'aller directement à la conclusion pour ne rien lire de mon résumé ! Sinon je planque le dit "détail" au milieu de mon exposé ! Ah vous faites moins les malinois maintenant ! ;)

Bon. C'est bien. Vous allez me lire attentivement maintenant.

Après moultes tergiversations au sein du cercle de golfeurs que nous formons entre Mentonnais, expatriés d'outre Roya, et quasi-Grassois ; nous avions décidé ; dans un premier temps ; de nous rendre ce vendredi 11 Juin au Golf du Claux Amic avec Lilian et Matthieu. Arnaud et Fred étant indisponibles. Mais avec cette météo encore capricieuse de ces dernières semaines, il était à craindre des pluies soutenues sur les contreforts de la cité des parfums, voire même des orages. Dans la foulée, Lilian se faisait aussi porter pâle.

Je soumettais donc l'idée à Matthieu de nous rabattre sur Mandelieu au golf "Old Course" situé juste à l'embouchure de la Siagne. Histoire d'avoir un minimum de ce ciel bleu qui baigne comme souvent le bord de mer et les plages. Et nous avons bien fait, car le jour J, seul la côté était baignée de soleil.

On se retrouvait Matthieu et moi avec la banane sur le parking et décidions rapidement d'aller boire un Café-Grappa. On espère toujours être servi comme au Claux-Amic, mais un verre ballon rempli à ras-bord de digestif, ça n'arrive qu'une fois dans une vie ! ;)

Et à 14h pétantes, on rejoignait un couple de Suisses pour un départ en commun et la découverte d'un nouveau parcours pour nous deux.

Bon à 100 boules le greenfee, c'est propre, c'est large, c'est entretenu ; bref tout est nickel. Le parcours est en lui-même techniquement intéressant : assez plat, quelques beaux virages mais très ouverts qui permettent soit de les couper à la cime des pins parasols quand on maîtrise son drive, sinon de jouer la sécurité pour les négocier au large. La seule difficulté du parcours consiste à éviter les très nombreux bunkers toujours situés aux endroits stratégiques, c'est à dire aux points de chute de chaque coup classiquement joué. Bref, un parcours où il vaut mieux viser juste en longueur dès le premier swing. Mais c'est fort intéressant.

Ce qui m'a bien déçu en revanche, c'est le bruit perpétuel des avions au décollage de l'aéroport d'affaire de Mandelieu. Un jet persifflant toutes les deux ou trois minutes, ça tape sur la concentration. Rajoutez à ça le train côté plage ; la circulation automobile tout autour que vous devez même traverser (tout comme la Siagne sur une barge !) sur les passages piétons classiques ; pour ma part, ça fait beaucoup de points négatifs à retenir.

C'est si agréable un golf calme et silencieux. Et en règle général tous ceux que nous fréquentons le sont.

Plus nous avancions dans la partie, plus le couple de Suisse nous paraissait sympathique. Sans aller jusqu'à la grande camaraderie, mais nous nous félicitions les uns les autres à chaque joli coup. Autant dire que je n'ai pas été beaucoup encouragé.

 

 

Quelques beaux putts, un par à l'avant dernier trou qui sauve une partie très moyenne. Je joue à niveau 56 ! Je pourrais trouver l'excuse de la fatigue après une matinée de boulot et pas mal de bornes en voiture avant d'arriver sur Mandelieu, mais c'est peut-être la marche sur ce parcours de 5350m (peu par rapport à La Grande Bastide, mais on y prend la voiturette) que j'ai effectué en zigzags, donc peut-être pas loin des 9 kilomètres en plein cagnard, en tirant mon chariot bien chargé (en balles, par peur d'en perdre trop ; et en eau par peur d'une grappa trop corsée !).

Alors oui, une après-midi de golf qui me laisse un goût mitigé. Et là ou la balance bascule vers un "pas sûr que j'y retourne de sitôt" ; c'est qu'aujourd'hui encore je suis courbaturé, le dos en vrac, et cerise sur le gâteau : une superbe ampoule juste sous le petit auriculaire du pied droit !

Non mais c'est quoi ces chaussures Titleist à 300€ qui donnent des ampoules aux pieds ?! Bah c'est le "détail" qui fait la différence.

 


Commentaires

1. Le lundi 14 juin 2021, 17:19 par Matt

Très bien résumé ! Et dommage que l’on ai pu se livrer à nos franches rigolades habituelles

2. Le mardi 15 juin 2021, 05:06 par Bertrand

@Matt : Mais oui ! C'est ça qui a manqué aussi je suis sûr ! Je me rends aujourd'hui compte combien j'étais beaucoup plus concentré qu'habituellement. Heureusement, sinon j'aurais joué index 94752 ! ;)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1254