Il y a des jours comme ça où l'on regrette de ne pouvoir se joindre à ses potes. Pourtant ma journée d'hier a été belle pour la Fête des Pères. J'ai été gâté par mes trois fils, et j'ai pu me régaler le matin sur un bel itinéraire que beaucoup aux 4 coins du monde nous envient. Mais voilà, j'étais seul...

 

Et le vélo de route, c'est quand même bien sympa en groupe. J'en veux pour preuve les nombreuses photos réalisées par mes amis du "Roquefort Riders Club" dans les contreforts du Haut-Pays Grassois alors que je m'élançais en solitaire et avec une demi-heure de retard sur leur timing, vers le bord de mer en direction de Roquebrune-Sur-Argens.

"Solitaire" pas tout à fait car nombreux sont les cyclistes de la Côte à apprécier cette succession de "Mounta-Cala" coincée entre roches rouges de l'Estérel et eaux turquoises de la Grande Bleue.

J'ai même joué un peu avec deux trois suceurs de roues à la sortie de Théoules, avant de lever le pied car ma journée allait être longue quand même. Et puis je n'aurais pas voulu non plus être à l'origine d'un possible malaise du gars qui s'est évertué à me suivre alors qu'il soufflait (souffrait ?) comme un boeuf dans mon dos. C'est bien simple, j'avais mal pour lui et j'ai immédiatement pensé qu'il n'avait sûrement pas en vue de rentrer chez lui avec un Granfondo dans la musette. Moi oui.

Et pour se faire, j'ai poursuivi ma route en bord de mer jusqu'à Saint-Aygulf, contourné les Étangs de Villepey, repiqué sur Roquebrune-Village et pris la direction du Muy via le pied du Rocher.

 

 

J'avais les jambes pour poursuivre par la boucle du Golf de Saint-Endréol et la D47 pour revenir sur La Bouverie, mais je me suis un peu perdu à la sortie du Muy et l'horloge, elle, continuait de tourner. Hors il n'était pas question d'arriver en retard pour le déjeuner familial de la Fête des pères. Je suis donc rentré par la Nationale au milieu du trafic, mais j'avais ma dose de beaux paysages et de tranquillité ; ce n'était l'histoire que de quelques minutes.

Là où ça tiquait un peu dans mon esprit, c'est qu'à quelques encablures de la table des convives, mon compteur n'affichait que 98 Km. J'ai poussé le vice jusqu'à rouler un peu plus loin pour contourner un rond-point et revenir sur mes pas afin de boucler mon #Grandondo de juin.

Ça tient à peu de choses la satisfaction du devoir accompli.

 

 

Encore quelques mois d'entrainement réguliers et je pense que je peux allègrement pousser mes sorties d'entrainement à 150 Km si j'ai du temps. Hier, j'avais vraiment de très bonnes jambes.

 


Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1257