Au mental, avant de craquer au 9

Pas de sortie à vélo hier et ça m'a fait du bien de reposer un peu mes jambes. En lieu et place de souffrances atroces, j'ai opté pour une partie de golf avec le trio d'enfer ! ;)

Et justement , des fers il en est question. (z'avez vu le soucis de la transition ?)

 

Quatre pas plus. (Non pas "Quatre à la suite" ! Comprenne qui pourra) Putt inclus. C'est le défi que Lilian, Arnaud Matthieu & moi étions prêts à relever pour cette énième partie sur le golf de La Vanade.

Je ne saurais vous détailler le choix de mes partenaires ; je me rappelle juste que seul Mathieu a sélectionné un bois 3. Tout le monde était au fer. Le 5 pour le plus fermé, jusqu'au 9 pour le plus ouvert. De mémoire, aucun sandwedge, pitch, lobwedge sur le fairway. Et perso c'est le fer 7 qui m'a servi d'intermédiaire.

C'est ainsi parés que la partie pouvait commencer à 14h30, après que Matthieu et moi nous soyons échauffés chacun dans notre coin, histoire de cacher nos prétentions du jour. Arnaud & Lilian étaient déjà bien chauds après avoir joué une première partie le matin (Oh les cachotiers !) et déjeuner comme des gorets ensuite. Allaient-il le payer ?

Vous le saurez dans le prochain épisode. (Mais nan, je déconne !)

Dès le départ, le ton était donné. Celui de la rigolade comme bien souvent ("trop souvent ?"), mais aussi celui de la compétition. Apparemment un peu plus que d'accoutumé d'après mon ressenti. Était-ce lié au fait que nous jouions à 4 clubs ? Je n'en sais rien, mais pour ma part j'étais décidé à les écraser tous les trois. Profiter d'un possible trouble dans leur jeu causé par un manque d'outils. Personnellement, je ne pensais pas être perturbé. Et je ne l'ai pas été.

Lilian & Arnaud prennent un mauvais départ. Matthieu et moi sommes décevants, mais on limite la casse. Au trou suivant nous n'arrivons pas à nous départager. Puis c'est au tour de Arnaud & Matthieu de céder du terrain sur le trou N°3, je me retrouve alors seul en tête avec 2 coups d'avance sur Matthieu.

Arnaud continue de sombrer au N°4 alors que nous sommes tous trois au bogey. Je bafouille un peu au N°5 et Matthieu joue parfaitement pour revenir sur moi au score. Lilian nous talonne. Arnaud fume (ou fulmine intérieurement, on en sait rien).

Au trou N°6, je rajoute encore un peu de pression à Matthieu sur mon premier coup qui tombe sur le green, mais pour la seconde fois depuis le début de la partie (avec le trou N°2, où je n'y avais pas porté attention pour oublier et passer à autre chose) je manque un putting de moins de 50 cm ! Excepté Arnaud ; Lilian, Mathieu et moi signons encore une fois un bogey.

C'est au trou 7 que Matthieu s'inquiète de ses coups d'approche au fer 9 ; beaucoup moins précis qu'avec son sandwedge. II est perturbé. Lilian et moi réalisons un nouveau bogey.

Trou 8, celui que j'aime le moins. Trop souvent j'envoie ma balle trop à droite et je me retrouve en-dessous du green, obligé de jouer un coup de régulation un peu plus technique. rares sont les fois où je reste sur le green à mon second coup ici. Sauf qu'hier ma balle se pose dans le tablier de green et que j'attends que mes partenaires jouent leur(s) coup(s) pour savoir si je joue mon approche au fer 9 avec le risque de voir ma balle traverser le green, ou si j'assure au putter. Matthieu est toujours perturbé en approche, Lilian se place tout prêt du drapeau à son 3ème coup. Je "putte". Trop fort ! Ma balle traverse quand même le green. 3ème coup un peu moins loin que la balle de Lilian. Sauf que lui enchaine les superbes coups de putting depuis le début, de loin comme de près. Alors que moi j'échoue encore sur une distance inférieure à 50 cm ! Pour la troisième fois hier.

Dernier trou. Arnaud est depuis longtemps dans les choux. Matthieu a vu ses chances de victoire s'envoler aux 2 trous précédents et il faudrait un miracle (une débâcle ?) pour qu'il nous repasse devant sur le poteau, Lilian & moi. C'est à Lilian de jouer le premier et nous sommes tous les deux bien conscients que la victoire va se jouer "au mental".

Quand je vois son premier coup dévisser complètement à droite je jubile. c'est moche, mais c'est vrai. Je lui lance même d'un air moqueur :

"Tu es faible !"

histoire de l'enfoncer encore un peu plus. (Oh que je suis vilain !)

Je monte sur le pas de tir. Fer 9. Frappe exceptionnelle (je crois que je n'ai jamais fait aussi bien ici) qui pose ma balle quasiment dans l'axe, 2 mètres avant l'entrée du green. Et là, j'ai la très mauvaise idée de penser que c'est gagné. Que j'ai un mental d'acier. Que je tiens là une belle victoire. Une nouvelle sur Lilian, certes ; mais la plus importante pour moi c'était celle sur Matthieu "le Boss" !

Sauf que Lilian recentre son deuxième coups parfaitement, que son coup de régulation le place à 3 mètres du drapeau et qu'en 2 coups sa balle est dans le trou. Double bogey. Il me faut un par pour m'imposer, un bogey pour un match nul.

Je décide de jouer au putter par sécurité pour la seconde fois en deux trous consécutifs, et il faut croire que ça n'a pas été une bonne idée. Si mon coup au trou 8 avait traversé le green, là je me chie dessus et c'est à peine si ma balle parvient sur le green tout proche ! Derrière je perds encore plus mes moyens, mon coup suivant est trop fort. Victoire et match nul s'envolent en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Dépité, je tente alors de me rapprocher pour mon 4ème coup en espérant pouvoir rentrer mon 5ème. Je suis désormais à 30cm du trou. Mais c'était sans compter sur mon jour sans putting. Virgule ! Triple bogey.

5 coups pour faire 20 mètres de billard ! Rien qu'avec ça je ne mérite pas la victoire. Même sur Matthieu. Direction le putting-green pour ma prochaine visite d'un golf !

 

 

Le coté positif est que je gagne encore et toujours en régularité. J'en veux pour preuve cette belle ligne bleutée sur ma carte de score (en ignorant la vilaine case grise au bout !)

 

 


Commentaires

1. Le lundi 5 avril 2021, 21:29 par Matt

Petite rectif dans mon choix de club c’était un bois 5 et non un 3 (pour mémo quand je relirais ce CR dans quelques temps

2. Le lundi 5 avril 2021, 21:32 par Matt

En tout cas Bertrand tu tiens une certaine régularité qui fait plaisir à voir! À toi de jouer pour affiner le petit jeu et amener une constance de jeu sur des parcours plus difficiles

3. Le mardi 6 avril 2021, 06:04 par Bertrand

@Matt : Merci mon pote ! <3
C'est vrai qu'une Grande Bastide pourrait s'imposer rapidement, histoire de voir mes progrès depuis.... 2 ANS ! Je viens de vérifier. Dernière partie jouée là-bas pour moi le 28 Mars 2019 !!! Dingue.

4. Le mardi 6 avril 2021, 07:06 par Matt

Ce serait un bel exercice

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1231