Je ne sais pas si c'est le mot. Effectivement, nous avons roulé dans un cadre bucolique, loin des affres de la ville, loin de tout, mais on aurait aussi très bien pu le regretter...

 

J'avais pourtant un grand plaisir d'avoir à mes côtés mon fils aîné Eliott. Quand il est en pleine forme, il se débrouille plutôt bien en VTT, mais là, à la sortie d'un été plutôt passif en activités physiques, j'avoue qu'il a connu quelques difficultés. Mais il s'est accroché jusqu'à mi-parcours, avant que sa mère ne le récupère en voiture puisqu'elle était à proximité. Pas la peine de transformer une sortie "plaisir" en sortie "souffrir". Mon but est qu'il y revienne de bon coeur.

Un autre qui aurait pu souffrir, c'est Christopher. Au passage d'un pont étroit dans la Brasque, il s'est emmêlé les pinceaux, à trop hésité, et s'est finalement immobilisé en équilibre juste à l'entrée. Il ne pouvait pas rester indéfiniment en équilibre sur ses deux roues, et ce qui devait arriver arriva : un pied gauche qui déclipse, et qui se pose juste sur le bord du pont, le VTT qui se cabre, l'autre pied qui reste accroché, re-perte d'équilibre et voilà notre Christopher qui se fait un ippon tout seul, bascule à demi dans le vide, se rattrape d'une main on ne sait comment pour ne pas s'écraser 2m en dessous, frôle le muret en pierre du bout de son nez et finalement s'immobilise tout tremblotant, les pieds coincés dans le cadre de son vélo.

Entre-temps, j'avais sauté du mien, pour plonger (certes avec un temps de retard trop important pour prévenir l'accident) dans le lit du cours d'eau à sec afin d'être là en cas de gros problème. En fait j'étais persuadé que le visage de Christopher avait percuté le muret, il n'en était rien. Heureusement.

 

 

Plus de peur que de mal. Tout le groupe était soulagé et nous pouvions reprendre notre chemin.

Un itinéraire que j'emprunte très rarement d'ailleurs, et c'est une erreur car on y trouve de belles descentes et de beaux paysages assez variés. Tantôt humides et caillouteux au fond de la Brasque, tantôt secs et au milieu des résineux dès que l'on gravit les petits sommets alentours.

Bref, un beau petit tour avec Robin et Arnaud également. Où j'ai pris plaisir à me taper la bourre avec l'un, avec l'autre ; en montée en descente. Et Arnaud et moi on a vite compris qu'on ne peut pas "être et avoir été". ;)

 

  

 

 

 


Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1273