On m'avait prévenu. Organiser une sortie avec la présence de VTT électriques, c'est rouler différemment. Et j'en ai fait l'expérience hier puisque j'étais le seul en formule "musculaire".

 

Tout est parti d'une discussion "professionnelle" avec un client. C'est bien simple, dès que je vois un cycliste passer devant moi régulièrement, je finis par lui parler de bicyclette et si le courant passe bien, la discussion peut s'éterniser. Voire perdurer sur le long terme.

Et c'est ce qui s'est passé hier avec "C. N", un résident monégasque qui découvre et pratique assidument le VTT depuis deux ans grâce à l'essor que connait depuis quelques années maintenant le VTT électrique. Il y a quelques temps, sachant que je connaissais quand même un peu la région et ses sentiers, il m'a demandé si je connaissais aussi Blausasc ; pour lui site mythique du VTT puisque tous nos grands champions de la discipline s'y sont entrainés. Lui ayant répondu par l'affirmative, il m'a demandé de l'y amener une fois. Requête acceptée.

Et nous voilà partis tous les deux hier dans les contreforts de la Pointe de Conte et de Blausasc à la découverte des singles étroits et sablonneux, tantôt vertigineux, tantôt zigzagants et boueux , tantôt rapides, tantôt inconnus aussi.

 

 

Car oui, ce spot est déconcertant de variété, et je n'y mets pas assez souvent mes roues pour me souvenir à chaque fois que j'y retourne des itinéraires parcourus les fois précédentes. Alors forcément, hier comme toujours, j'ai encore "jardiné" un peu, obligé de garder la carte IGN numérique sous les yeux et de sortir mon smartphone pour suivre notre progression. Mais dans l'ensemble, j'ai toujours gardé ce sens de l'orientation qui me permet ; quand je suis seul ; de m'affranchir d'une carte.

J'avais quelques doutes sur les capacités techniques de C.N. mais j'ai vite été rassuré ; il est passé partout. Parfois lentement, parfois à pieds, mais dans l'ensemble nous avons bien roulé. Personnellement, j'avais la sensation de ne pas être au mieux de ma forme, avec les jambes toujours chargées d'acide lactique, et des pulsations cardiaques un peu trop hautes par rapport à l'effort fourni. Je mettais ça sur ma dizaine de jours à courir les concessions automobiles plutôt que les sentiers locaux, mais à bien y regarder mes statistiques Strava une fois rentré à la maison, je découvre que j'ai roulé la moitié de ma sortie au seuil ! 10 km/h de moyenne sur 2h c'est plutôt pas mal pour ma forme actuelle et mon âge surtout, d'autant que les descentes ne sont pas réputées pour être très rapides là-bas.

Sur ce point, C.N. est resté sur sa faim. Si bien qu'en fin de sortie, je lui ai proposé d'aller faire un tour du côté de la DH de Blausasc. Si nous sommes passés tout prêt, je ne l'ai pas trouvée. Mais le petit bout de single que nous avons descendu sur son versant opposé était tout de même un pur régal. C'est arrivés en bas que je me suis rendu compte que nous devrions y retourner un autre jour.

Là j'étais un peu perdu quand même, et si OruxMap me donnait la direction à suivre pour rentrer vers les voitures, je ne voyais pas par quel sentier y parvenir. Rentrer par la route me disait moyen-moins. Et c'est à cet instant que deux vététistes déboulent d'un virage au loin. Deux "électriciens", comme C.N.

Je les interpelle. Ils sont du coin et vont alors gentiment nous ramener par de beaux petits sentiers vers le parking où nous attendent nos voitures. Enfin "gentiment" c'est vite dit ! J'ai du pousser et porter à coup de grandes enjambées dans les portions les plus pentues pour ne pas qu'ils m'attendent trop longtemps en haut des cotes ! Pour eux, ça passe, y'a juste à mettre les watts !

Et moi ? "Au seuil" sûrement !

 

 

Je crois que C.N. souhaite en visiter davantage avec moi. Peut-être un bon moyen de me  bouger les fesses sans m'en apercevoir finalement ; non ? ;)

 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1189